Synthèse de la conférence ‘‘L’armée de l’air – L’action de l’état dans la 3ème dimension’’

Synthèse de la conférence
‘‘L’armée de l’air – L’action de l’état dans la 3ème dimension’’
Universités Jean Moulin Lyon 3 – 15 Quai Claude Bernard – 69007 Lyon

Rédigée par Qinxin CAI
Master 1 Management International
Etudiante de l’IAE Université Jean Moulin Lyon 3

 

 

 

 

Introduction Logo-air

 

L’Armée de l’Air est l’une des quatre composantes des Forces armées françaises ; les autres composantes militaires étant l’Armée de Terre, la Marine nationale et la Gendarmerie nationale. L’Armée de l’Air emploie 50 526 personnes, dont 45 226 militaires et 5 300 civils. Ce qui représente plus de 14% du personnel de la Défense.
Cette conférence est présentée par le commandant du Centre National des Opérations Aériennes, le Colonel Pascal Delerce, qui a pour objectif de nous informer des actions prises par l’État dans la troisième dimension, de la souveraineté dans l’espace national, de la coordination et action interministérielle, de la conduite des opérations extérieures ainsi que de la surveillance exoatmosphérique.

Déroulement de la réunion

 

La présentation débute par le passage en revue des missions quotidiennes de l’Armée de l’Air, qui se tient prête à intervenir en tous lieux et en toutes circonstances, avec des équipements performants et des effectifs constamment entraînés dans des conditions réalistes. C’est essentiel pour remplir une triple mission, de protection, d’intervention et de dissuasion.

Pour sa mission de protection, l’Armée de l’Air met en œuvre des moyens importants pour protéger les citoyens contre des menaces venant du ciel et de l’espace, par exemple les menaces terroristes, militaires ou encore les micros drones. En effet, entre 10000 et 15000 aéronefs survolent le territoire français chaque jour. Elle garantit également la liberté d’action des autorités de l’État et la protection des installations majeures du pays.

Concernant sa mission d’invention en extérieur, ses missions s’étendent de l’aide à apporter lors d’une crise humanitaire ou encore à la lutte contre les effets d’une instabilité politique. Disposant d’un vaste réseau de bases en outre mer et à l’étranger, l’Armée de l’Air a pus effectué en 2014, plus de 217 interventions à but sécuritaire.

Enfin, la mission de dissuasion doit sa crédibilité, car elle repose sur des composantes océaniques et aéroportées complémentaires, disposants d’atouts ainsi que des modes de pénétrations et de projection spécifiques. La composante aéroportée est mise en œuvre au sein de l’armée de l’air par les forces aériennes stratégiques (FAS). Cette capacité, que la France est la seule à détenir en autonome en Europe, occupe une place importante dans son outil de défense, et ce pour un coût budgétaire relativement peu important. En effet, la composante aéroportée représente moins de 10 % du coût de la force nucléaire.

Ensuite, le Colonel Pascal Delerce nous présente les atouts de la 3ème dimension. Premièrement, la défense aérienne effectue une permanence afin d’assurer la sureté de l’espace aérien national. Elle se tient prête à mettre en œuvre les décisions qui lui sont transmises par les instances de décisions politiques et militaires (ministères, CEMA). L’Armée de l’Air possède une capacité d’occupation de l’espace d’autre altitude de plus de 1400 avions déloyale. La protection du territoire aérien national est essentielle et les interventions incluent les cas de détournement d’aéronef, de violation de l’espace aérien, ou d’assistance d’aéronef en danger.

Deuxièmement, la vocation interministérielle de l’outil de souveraineté a pour objectif d’élargir la mission historique de souveraineté à la coordination de l’action dans les cas par exemple d’opérations de sauvetage, les feux de forêt, les transferts de patients. Cette dimension permet aussi de la réactivité au cas où la situation contraindrait les déplacements terrestres.

Troisièmement, la transformation de l’outil historique de souveraineté en outil global pour les opérations extérieures assure la visibilité du concept de défense de la France. Elle vise à décourager tout désir d’agression contre la France ou ses intérêts stratégiques en laissant entrevoir, à tout adversaire potentiel, les risques inacceptables pour lui d’une riposte nucléaire.

L’Armée de l’Air bénéficie de la supériorité inhérente qui lui confère un caractère unique. Au nombre de quatre, ils correspondent à la permanence, la réactivité, la visibilité et l’allonge afin d’assurer la défense interne et extérieure dans le domaine aéronautique français.

À la fin de la conférence, les commandants du centre national des opérations aériennes nous répondent aux questions sur le recrutement et le budget aérien. Depuis quelques années, le secteur aéronautique voit son nombre de postes se réduire (65 métiers de recherche) malgré l’insuffisance de métiers existants. Cependant l’armée aérienne insiste sur l’importance de la formation de la jeunesse pour assurer le niveau d’éducation aéronautique nécessaire. Le budget de 4,4 milliards d’euros, soit 11,5% du budget de la mission Défense, montre la place importante occupée par le domaine aéronautique.

La conférence de « L’armée de l’air – L’action de l’état dans la 3ème édition » fut suivi par un cocktail convivial organisé par l’Université Jean Moulin Lyon 3 en présence de chef des entreprises, de chercheurs, du commandant national des opérations aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *