Rencontres des familles séparées depuis 30 ans : histoire et situation actuelle (traduction)

« La moitié de 130 000 personnes qui avaient demandé de rencontrer leurs familles séparées du nord sont déjà décédés ! »

Suite à l’accord du 25 août entre les Corées du Sud et du Nord, se tiendra au Mont Kumgang la 20e rencontre des familles séparées. Cette rencontre durera deux semaines à partir du début d’octobre 2015. La dernière rencontre a eu lieu il y a vingt mois. Cette année est bien particulière : c’est le 70e anniversaire de la séparation de Corée, le 65e anniversaire de la Guerre de Corée et le 30e anniversaire de la première rencontre des familles séparées.

Malgré 30 ans de rencontres, la situation des familles séparées n’a pas trop changé, car la plupart souffrent encore de la séparation familiale, sans aucun échange d’informations possible. C’est une rupture totale ; ils ne savent même pas si leurs familles sont vivantes. Environ la moitié des personnes qui avaient vivement espéré la rencontre avec leurs proches du nord sont déjà décédées, sans aucun échange de nouvelles ou rencontre avec leurs familles.

Dix millions de membres de famille séparée en Corée

En passant une période de trouble : l’indépendance suite à l’occupation japonaise en 1945 et la Guerre de Corée en 1950, apparurent au sud et au nord de Corée beaucoup de familles séparées. D’après le comité non étatique ‘Dix millions de familles séparées’, il existe plus de 10 000 000 membres de famille séparée en Corée.

Au sud, plus de 5 000 000 personnes nées au nord se sont installées pour fuir la tyrannie communiste. De l’autre côté, il y a aussi des prisonniers de guerre qui n’ont pas pu rentrer au sud ainsi que ceux qui sont passés volontairement du sud au nord, etc.

Profitant de la détende mondiale des années 70, les deux Corées ont initié en 1972 un dialogue visant à résoudre les problèmes de famille séparée par la rencontre des Croix-Rouges sud et nord-coréennes. Après bien des péripéties, deux Corées sont arrivées à un accord par le système pour chercher des personnes recommandées par le comité international de la Croix-Rouge : vérification et notification des adresses des vivants, échange de lettres, rencontres et visites mutuelles, et réunification familiale libre. Malgré 151 rencontres entre les Croix-Rouges, les problèmes des familles séparées peinent à se résoudre du fait d’une passivité du gouvernement nord-coréen.

Le premier échange de groupe de visiteur eut lieu en 1985 à Séoul et Pyongyang durant trois jours. Mais il fallait encore attendre 15 ans pour la première rencontre officielle des familles séparées. Entre 2000 et 2014, 19 rencontres eurent lieu de manière irrégulière. A l’occasion de ‘la Déclaration commune du 15 juin’ des présidents du sud, KIM Dae-jung et le président du nord, KIM Jung-il, lors du sommet intercoréen de 2000, une première rencontre eu lieu. Du 15 août au 18 août, 35 Sud-Coréens se rendirent à Pyongyang et 30 Nord-Coréens à Séoul.

Après le troisième échange de visite, la Corée du Nord a proposé de fixer le lieu de rencontre au Mont Kumgang. Ainsi, à partir de la quatrième rencontre et jusqu’à aujourd’hui, les rencontres ne se sont plus réalisées sous la forme d’échange de visite. De plus, 7 rencontres vidéos eurent lieu entre 2005 et 2007.

Mauvais résultats des rencontres des familles séparées

Malgré une grande fréquence de rencontre depuis l’année 2000, les résultats ne sont pas très brillants. Selon la Croix-Rouge sud-coréenne, environ 129 000 personnes ont demandé de rencontrer leurs familles. Parmi elles, à peine 2000 purent bénéficier de ces rencontres. Et 279 des rencontres vidéo. D’après les statistiques, les bénéficiaires, en moyenne annuelle sont de 130 Sud-Coréens. Si l’on compte les bénéficiaires de vidéorencontre, ce sont 148.6 personnes par année.

Le plus grand problème est l’âge des membres des familles séparées. Selon le rapport d’inscription de familles séparées par la chambre de réunification, les Sud-Coréens qui ont demandé la rencontre depuis l’année 2000 sont 129 698 personnes. Parmi eux, 66 292 personnes (48.9 %) sont décédées. Chaque année depuis 15 ans, il y a eu, en moyenne annuelle, 4 227 morts. 54.3 % des 66 292 personnes en vie ont 80 ans ou plus. D’après ce vieillissement des membres des familles séparées, le comité ‘Dix millions familles séparées’ a prévu que tous décéderaient dans 16 ans.

  • Commentaire

Le sujet des familles séparées est une des affaires humanitaires les plus urgentes. La Corée du Nord en profite d’ailleurs pour utiliser ce dossier comme un outil de négociation politique pour servir ses propres intérêts.

Face au vieillissement des familles séparées, il faut prendre les dispositions nécessaires :

1) vérifier si leurs proches sont encore en vie

2) échanger des lettres et reprendre les vidéorencontres

3) régulariser et augmenter la fréquence des rencontres des familles séparées

4) augmenter le nombre des bénéficiaires des rencontres

5) envisager des moyens pour permettre aux demandeurs de visiter leurs villes natales.

La rencontre des familles séparées est un dossier important non seulement pour les personnes concernées, elles-mêmes, mais aussi pour la réunification entre les Corées du sud et du nord.
Ces rencontres sont également de natures culturelles, économiques et politiques, dessinant un possible rapprochement entre les deux Corées. En outre, ces rencontres peuvent permettre de ranimer l’intérêt des plus jeunes Coréens qui ne s’intéressent plus à la réunification. Un désintérêt renforcé après une rupture totale de plus de 70 ans entre les Coréens du sud et du nord, qui sont tous frères de la même origine.

Traduction: Hyewon KANG

Article de SONG Hyun-soo paru dans le Journal Busan le 4 septembre 2015

Lien: http://m.busan.com/m/News/view.jsp?newsId=20150905000015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *