La Libye Contemporaine

Depuis la mort du Colonel Kadhafi en 2011, les médias classiques ont quelque peu délaissé l’actualité libyenne.

Pour autant, après les interventions militaires occidentales, le pays libéré de sa dictature n’a toujours pas trouvé la voie vers une stabilisation de l’Etat.

En effet, malgré de nombreuses tentatives, aucun nouveau régime politique stable n’a réussi à s’installer et le pays, ou plutôt les régions qui le composent, reste aux mains de différentes ethnies, milices.

La Libye, de par ses différences internes et son hétérogéinité, trouvera t-elle la voie vers la stabilisation et donc la démocratisation ?s

Pour expliquer l’état actuel de la Libye il est nécessaire d’étudier auparavant les caractéristiques uniques de ce pays du Maghreb qui, par sa population, sa géographie et son histoire, peine à se rassembler au sein d’une même nation.

Il sera ensuite étudié la situation actuelle libyenne ; au niveau politique, économique mais aussi ethno-religieux. Tous ces domaines se sont trouvés bouleversés après la mort du dirigeant libyen.

 

I-Caractéristiques de la Libye

            1.1-Géographie

 

Nous allons tout d’abord étudier,  la position de la Lybie en Afrique ;

Les frontières de la Libye avec la Tunisie, l’Egypte et les anciennes colonies françaises en Afrique ont été délimitées par une série de traités entre 1910 et 1935.

Au Sud, la Libye est frontalière du Soudan, du Tchad et du Niger

La superficie de la Libye représente près de 3 fois celle de la  la France avec près de 1800 kilomètres de littoral sur la méditerranée.

Bien que le pays soit 3 fois plus grands que la France, la population y est près de 10 fois moins nombreuse. En effet, il y a environ 6 millions de Libyen. Cette caractéristique est principalement du au fait que le désert occupe 95% du territoire Libyen

image001

Le pays se trouve à un carrefour entre, d’une part la méditerranée et l’Afrique Noire et d’autre part le proche Orient et le Maghreb.

Même si aujourd’hui cette terre est un lieu de passage idéal pour les migrants clandestins souhaitant rejoindre l’UE ; par le passé, cette situation était idéale pour le commerce.

 

            1.2- 1 Etat ; 3 régions

 

image003

 

3 régions composent la Libye : la Tripolitaine, la Cyrénaïque et le Fezzan (ou grand Sud)

Tripolitaine

On a donc au Nord Ouest la Tripolitaine, région frontalière de la Tunisie et donc avec une histoire plus maghrébine. C’est dans cette région que se trouve la capitale du pays Tripoli. Qui, par ailleurs est un important port de méditerranée

Cyrénaïque :

La Tripolitaine et la Cyrénaïque sont délimités par le désert de Syrte qui est large de 500 km. Sur cette même frontière, au Nord, se trouve la ville de Syrte.

La Cyrénaïque s’étend de Ben Ghazi, la capitale au Nord jusqu’au désert Libyen au Sud.

Fezzan :

Cette région bien plus désertique que les deux autres puisqu’elle est principalement composé du Sahara. La ville principale de la région est Sebha.

C’est dans cette région que se trouve la tribu Kadhafa, qui est donc la tribu d’origine de Mouammar Kadhafi.

On trouve également dans cette région saharienne des Touaregs et des Toubous.

 

 

Le pays est devenu indépendant le 24 Décembre 1951 sous décision de l’ONU.

Avant la fin de la Seconde Guerre Mondiale ; la Libye était une colonie italienne.

L’Italie de Mussolini ayant perdu la Guerre, les italiens sont dépossédés de la leur colonie Libyenne

Puis jusqu’à son indépendance, le pays était placé sous contrôle français et britannique (les vainqueurs de la Guerre)

 

A l’indépendance en 1951, les occidentaux place Idris 1er (qui était alors l’émir de la Cyrénaïque) à la tête du pays en tant que Roi.

Seront tout de même mis en place au sein de la Cyrénaïque et de la Tripolitaine des assemblées locales pour maintenir un équilibre.

La Libye est alors un Etat fédéral

 

Ces régions bien distinctes favorisent un manque d’identité national

 

            1.3-Démographie

 

Il y a plus de 6 millions de Libyens, dont plus de la moitié vivent en Tripolitaine et plus du quart en Cyrénaïque

 image005

Même si dans les chiffres, la population est a 95% arabe. Le reste étant composé de minorité comme les Touaregs et que la population est à 97% de confession musulmanes chiites,

Dans les faits, la société libyenne est, comme beaucoup de pays arabe, une société tribale. En effet, en Libye il y a plusieurs tribus dispersées dans le pays. Comme les Touaregs les Toubous etc.

Le rôle de ces différentes tribus aura un impact au niveau de leur soutien aux 2 opposants principaux futurs du pays.

 

 

            1.4- L’ère Kadhafi

 

Jusqu’en 2011, c’était le Colonel Kadhafi qui était à la tête du pays à la suite de son coup d’Etat en 1969.

A l’époque il profite d’un mécontentement populaire du à un niveau de vie trop bas 10 ans après la découverte de pétrole dans le pays (celle-ci aurait du être accompagnée d’une hausse du niveau de vie pour les libyens), mais aussi d’une trop grande proximité entre le roi Idriss 1er et les occidentaux comme la GB et les Etats unis.

Mouammar Kadhafi prend alors la tête du pays en tant que « guide de la révolution » à l’âge de 27 ans.

Dès son accession au pouvoir il met en place une politique de socialisme arabe à l’image de Nasser en Egypte

Il va ainsi mettre en place quelques réformes comme la nationalisation de nombreuses entreprises (notamment dans le secteur pétrolier) et le doublement du salaire minimum.

 

Durant toutes ses années de règne, Kadhafi met en place un véritable culte de la personnalité et constitue un régime autoritaire.

En effet il a utilisé des méthodes de répression brutale (comme la pendaison, des exécution publiques etc)  à l’encontre des « ennemis de la révolution », qui sont en réalité ses opposants politiques.

 

                                   Relations Internationales

 

Aux niveaux des relations internationales, la Libye, ou plutôt le Colonel Kadhafi a entretenu des relations complexes. En effet ;

Pendant les 20 premières années de Kadhafi à la tête du pays ; la Lybie entretient des relations tendues ; notamment avec les E.U qui ont tenté à plusieurs reprises de l’éliminer.

Mais vers le milieu des années 90- 2000, Kadhafi s’est assagit en menant une politique contre le terrorisme,  en renonçant à ses recherches sur le nucléaire ..etc.

Toutes ces actions ont permis le retour en grâce du colonel Kadhafi auprès des gouvernements occidentaux, au point de le voir à l’Elysée en 2007.

Et ce jusqu’en 2011

 

            1.5- Guerre de 2011

 

En 2011, suite aux mouvements de protestation du printemps arabe qui ont déjà débuté en Tunisie et en Égypte, le peuple Libyen suit ce mouvement populaire.

Tout a commencé le 15 Février 2011, dans la ville Benghazi où a été arrêté Fethi Tarbel, un militant des droits de l’homme.

Malgré l’annonce de sa libération les manifestants continuent de protester sur la place Chajara.

Quelques jours plus tard l’opposition appelle à un « Jour de colère » contre le gouvernement de Kadhafi qui mobilise ses forces à Tripoli.

À la fin du mois de Février les villes de Tobrouk à Benghazi passe aux mains de insurgés.

Le conseil de sécurité de Nations Unies prend alors la décision de mettre en place un embargo ainsi qu’une interdiction de se rendre sur le territoire de l’UE à l’intention du Colonel Kadhafi et de son gouvernement.

Ces décisions ont été justifiées par les attaques du régime contre la population civile en Libye qualifiés de ‘crimes contre l’humanité’

 

Malgré l’annonce de quelques reformes de la part de Kadhafi (augmentation du salaire, prime pour les familles), la révolte continue à s’organiser et le 27 février, un Comité National de Transition (CNT) est formé. Les réformes proposées ne sont pas suffisantes, le CNT veut que le colonel Kadhafi quiette le pouvoir.

Et dès le 19 Mars les États-Unis, la France et le Royaume-Uni débutent les interventions militaires, en bombardant les positions des forces pro-Kadhafi.

L’intervention de l’OTAN, pendant toute la durée de cette guerre, sera uniquement aérienne et aucune force terrestre ne sera envoyée sur le sol libyen.

image007

(Le figaro 2011)

 

Durant plusieurs mois  avec l’appui de l’OTAN, les rebelles prennent progressivement les villes de Libye.

La dernière ville restant fidèle à Kadhafi fut la ville de Syrte. Ville dans laquelle s’est refugiée Kadhafi et sa garde rapprochée

La guerre prend fin le 20 octobre 2011 à la mort du colonel Kadhafi. Alors qu’il tentait de fuir la ville de Syrte avec sa garde rapprochée, son convoi fut bombardé par un avion français. Affaibli par ces bombardements, l’ex dirigeant Libyen a ensuite été exécuté au sol.

Bibliographie :

Livre :

‘Au cœur de la Libye de Kadhafi’ de Patrick HAIMZADEH– 2011

 

Internet :

‘La Libye: une composition tribale complexe’ de Mohamed TROUDI

http://www.politique-actu.com/dossier/libye-tribal-mohamed-troudi/271651/

 

‘Des clés pour saisir la complexité de la crise libyenne’ de Mohamed MEDDEB

http://www.leaders.com.tn/article/des-cles-pour-saisir-la-complexite-de-la-crise-libyenne?id=14648

 

‘Libye : quel rôle jouent les tribus ?’ de Vincent MATALON

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/02/24/libye-quel-role-jouent-les-tribus_1483983_3212.html

 

‘Géopolitique de la Libye’ de Patrice GOURDIN

http://www.diploweb.com/Geopolitique-de-la-Libye.html

 

‘Guerre en Libye : la chronologie des événements’

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/08/17/la-guerre-en-libye-chronologie-des-evenements_1559992_3212.html

 

‘La Libye en plein chaos : fallait-il vraiment renverser Kadhafi ?’ de Sarah DIFFALA

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140804.OBS5443/la-libye-en-plein-chaos-fallait-il-vraiment-renverser-kadhafi.html

 

‘Libye : Trois régions, un État’

http://www.herodote.net/Libye-synthese-578.php

 

 

2- Situation actuelle de la Libye

            2.1-Politique

 

Actuellement il y a une crise politique et sécuritaire. La situation actuelle est une conséquence de la révolution en 2011 et la mort de Kadhafi. Depuis sa mort en Octobre 2011 la Libye traverse une période de transition politique.

Le premier grand événement politique qui a eu lieu après la mort de Kadhafi était en Juillet 2012, lorsque le peuple vote pour élire un organe législatif. Le vote était historique puisque, en effet, c’était la première élection libre en Libye.

Le CNT (Comité National de Transition) sort vainqueur de ces élections. C’est ce même groupe qui était opposé au régime de Kadhafi pendant la révolution. Ils sont alors présidé par Mohamed Al-Megaryef. Ce dernier est un islamiste modéré qui ne partage pas les idées politiques des partis islamistes qui se sont mis en place en Tunisie et en Égypte.

Cette occasion était extraordinaire dans le sens où une personne modérée s’est imposée face aux groupes islamistes qui s’établissent dans les pays fragiles.

 

Dès Juillet 2012 les ex-insurgés ne tardent pas à saper l’autorité des nouvelles institutions en appliquant leurs propres lois. Le pays est alors un pays fragmenté où chacun veut sa part du pouvoir. Les ex-révolutionnaires se divisent en brigades au 4 coins du pays en se regroupant autour de villes où autour de groupes ethniques, mais aussi autour des régions.

 

Les premières manifestations qui indiquent que l’État de droit était menacé furent les incidents sur l’ambassade Américaine à Benghazi  où quatre ambassadeurs sont tués dans une attaque menée par des manifestants islamistes.

Un mois plus tard, le 14 octobre 2013, Ali Zeidan, un ex-opposant au régime de Kadhafi, devient premier ministre. Et le 23 Décembre 2013 le gouvernement en place prend la décision de prolonger son mandat jusqu’au 24 Décembre 2014.

 

Le 11 mars 2014 le premier ministre est destitué et prend la fuite du pays. La raison principale étant son incapacité à rétablir la sécurité en Libye et d’avoir été incapable de reprendre le contrôle des installations pétrolières aux mains de groupes armés. Abdallah Al-Theni est alors nommé comme premier ministre par intérim.

 

L’instabilité politique continue lorsque le général Haftar, un ancien fidèle de Khadafi, revient en Libye, après avoir passé de longues années en exil aux États-Unis. Il lance à son retour une vaste offensive dans l’Est qui s’appelle ‘Opération dignité’. Dans d’autres mots purger le pays des terroristes, autrement dit des islamistes comme Ansar Al-Sharia.

 

Aujourd’hui la Libye a besoin de l’aide internationale pour passer la transition correctement.  Le plus grand problème étant que La Libye n’est plus un État de droit, et si c’est le cas, il y a un risque que la Libye ne devienne plus un État du tout.

Cela veut dire que l´on va obtenir un pays très similaire à la Somalie, une véritable anarchie. On a aujourd’hui un chaos sécuritaire et un chaos institutionnel. Cette situation est parfaite aux Frères Musulmans pour s’imposer dans cet État fragile comme l’est la Libye.

La Libye a donc beaucoup d’étapes à franchir pour devenir un État de droit, mais cela ne sera pas possible sans aide et intervention internationale.

            2.2-Économie

 

image009

La Libye a toujours été un pays avec beaucoup de ressources ce qui est un fait rare pour un pays en pleine guerre civile. La Libye pourrait donc être un pays performant avec une autre politique; plus démocratique, plus partageuse.

Après la guerre, la situation économique ne s’est pas améliorée. La situation libyenne reste peu commune parce que leur pétrole semble être à la fois une ressource mais aussi une malédiction. Les pays plus développés, occidentaux sont forcements intéressés par ce pétrole mais les investisseurs sont freinés par la situation politique instable du pays.

Pourtant la stabilité de l’économie passe par la démocratisation des Entreprises privées ce qui permettra une stabilité. En effet, ceci permettra une réduction du taux de chômage et une meilleure répartition des richesses.

La richesse de ce pays entraine des risques à long terme, plus spécifiquement en bâtissant un démocratie à long terme, car lorsque les richesses sont contrôlées par l’État, la corruption devient un réel risque au détriment de la redistribution des richesses. Donc la corruption est un réel problème en Libye et c’est une menace majeure pour la démocratie. Pour avoir une croissance à long terme, le pays doit se réformer.

La différence du système économique actuel, comparé au régime de Kadhafi est que ce dernier a été crée pour Kadhafi afin de renforcer son pouvoir et non en faveur de l’économie. En effet, le pétrole fournissait les trois quarts du budget de l’état.

La chute du PIB, durant le pic de la guerre, était de plus de 60% comparé au niveau de 2010. Cette chute est la conséquence directe de la baisse de production de pétrole qui est passé de 1,77 million de barils par jour à 22,000. Mais cette chute du PIB était la conséquence des sanctions économiques du conseil de sécurité de l’ONU.

 

L’économie libyenne est incohérente dans le sens où tout le secteur de l’industrie pétrolière est très développé contrairement au reste des secteurs d’activité. Pour sauver économiquement et politiquement la Libye, il est nécessaire de réformer tout le système politique qui doit s’appuyer sur un système judiciaire fiable.

Le secteur touristique peut également être un secteur a développé car l’histoire de ce pays est grande. Mais, là encore l’insécurité ambiante est un frein pour le secteur. 

Aussi, développer l’infrastructure  n’est pas suffisant. Ils se doivent d’obtenir de bonnes liaisons en investissant dans les aéroports et les ports maritimes. Le secteur des télécommunications est également un domaine à prendre en considération. Tous ces secteurs indiquent que l’économie doit être reconstruite par les secteurs non développés.

Mais les problèmes qui peuvent intervenir résident dans le fait que les investissements ne créent pas de nouveaux emplois pour les libyens car il y a risque avéré d’immigration des pays voisins plus pauvres qui occuperait ces emplois à bas salaire. Ces salaires ne seront pas consommés en Libye et ne participeront donc pas à l’amélioration de l’économie du pays. Tous ces premiers pas destinés à stabiliser le pays passe également par une augmentation du salaire moyen en Libye. Ce qui aiderait à réduire les conflits. Bien entendu atteindre une stabilité dans ce pays n’est pas facile. Pour l’instant la meilleure action à réaliser pour l’économie du pays reste de libéraliser celle ci.

 

 

            2.3-Situatio ethnico-religieuse:

La religion, les ethnies et les minorités se sont aussi libéralisées après la chute du Colonel Kadhafi où la suppression de l’ancien régime a ouvert la voie à une renaissance pour beaucoup comme pour les Berbères, Les Touaregs, les Toubous, les fédéralistes et les islamistes radicaux.

Pour les berbères leur langue et la culture antique qui ont été brutalement réprimée sous le régime extrémiste de Kadhafi ont pu revoir le jour. (RFI,2011)

image011

Le Monde 2014

 

Sur cette carte on peut observer les différentes régions et les différents peuples qui occupent le pays.  On trouve les fédéralistes et les islamistes radicaux comme les Salafistes et Djihadistes , dans les régions du Nord à proximité de l’ Égypte. On trouve également les Amazighs avec des populations comme les Berbères à l’Est, très proche de  la Tunisie. Les Touaregs Libyens sont aussi situés dans l’Est plus vers l’Algérie. Et enfin Les Toubous qui est un peuple nomade. Cette carte indique que le pays est vraiment divisé par des différences ethnicités avec des différences culture (Le monde ,2014)

L’objectif des islamistes radicaux est une vrai menace pour les pays du Moyen–Orient et aussi pour les pays d’Afrique du Nord, comme la Libye. En cet objectif est l’application de la Charia. Pour comprendre ce problème, il est nécessaire de comprendre ce qu’est la Charia.

En revanche la grande question est : est-ce que cette libéralisation et les conséquences seront positives ou négatives pour l’avenir de la Libye en tant qu’État, pour la démocratisation et le rôle de la religion dans la politique et la société.

Bien sûr, il est forcement positif de libéraliser la Libye mais il faut espérer que le libéralisation s’effectuera correctement, car il peut être facile d’être oppressé par des groupes comme des frère musulmans ou autres groupes radicaux qui voient dans cette situation leur chance de s’accaparer le pouvoir dans ce pays divisé.

C’est pour cette raison qu’il est important de discuter des questions difficiles comme la place de la religion dans la future Libye. Voir si la Charia risque de s’appliquer ou non.

Car il ne faut pas oublier que la Libye est un pays en majorité de culture mixte.

 

 

 Conclusion :

« La Libye résume très bien toute la question des droits de l’homme aujourd’hui et des interventions au nom des principes démocratiques et de la liberté. »

3 ans après la mort de Kadhafi, la Libye est un pays toujours en guerre où aucun système politique n’arrive à s’imposer pour contrôler les différents affrontements présents partout au sein du pays.

Les différences ethniques et régionales restent importantes et ne permettent pas de créer une véritable union nationale dans un pays où chaque minorité souhaite sa part de pouvoir ou son indépendance

Aujourd’hui, on est en droit de s’interroger sur l’intervention militaire mené par l’ONU.

Par sur sa légitimité mais plutôt sous sa forme.

La Libye résume très bien toute la question des droits de l’homme aujourd’hui et des interventions au nom des principes démocratiques et de la liberté.

Est ce qu’on n’aurait du plus accompagner la Libye dans sa reconstruction post Kadhafi ? Et est ce que le pays arrivera un jour à créer une union nationale et rester ainsi la Libye ?

 

Bibliographie :

 Rapport:

Christopher S. Chivvis et Jeffrey Martini . National security research division : Libya after Qaddafi : Lessons and implications for the future.  2014

http://www.rand.org/content/dam/rand/pubs/research_reports/RR500/RR577/RAND_RR577.pdf

Internet:

Hume , Tim for CNN : A rebirth of Berber culture in post-Gadhafi Libya : 2012.

http://edition.cnn.com/2012/09/03/world/meast/libya-berber-amazigh-renaissance/

 

Libye : trois ans après, faut-il y retourner ? Le Figaro , 2014

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/08/19/31002-20140819ARTFIG00302-libye-trois-ans-apres-faut-il-y-retourner.php

 

RFI : En Libye, la religion est au coeur des débats. 2011.

http://www.rfi.fr/afrique/20110708-libye-religion-est-coeur-debats/

 

La lente désintégration de la Libye post-Kadhafi. Le monde , 2014.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/08/26/la-lente-desintegration-de-la-libye-post-kadhafi_4476789_4355770.html

 

Carte : Le monde.fr .2014

http://www.lemonde.fr/libye/infographie/2013/12/04/la-libye-en-voie-d-eclatement_3525324_1496980.html

 

 

Guillaume WILHELM

Selma YENIBAYRAK

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*